Centre Culturel de l'Entente Cordiale - Château d'Hardelot - Le 25 juin 2017 - 05h28
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Centre Culturel de l'Entente Cordiale - Château d'Hardelot

Navigation principale :

  • Faire suivre cette page

Vous êtes dans : Château d'Hardelot > Actualités > Focus collection / Éventail brisé

Focus collection / Éventail brisé

Eventail brisé

Début du XXe siècle, Royaume-Uni

Ecailles de tortue, plumes d’autruche frisées

40 x 70 cm

Département du Pas-de-Calais CH.OB.2013.11

©Mathilde Tartare

 

 

 

 

 

 

 

L’éventail présenté dans la bibliothèque du château d’Hardelot se compose de 15 brins en écaille de tortue surmontés chacun d’une plume d’autruche blanche frisée. Les brins sont ajourés de motifs de putti et de rinceaux. Il s’agit d’un éventail brisé où chaque brin est dissocié, à différencier des éventails pliés qui comportent des feuilles pliées en accordéon.

Des plumes d’autruche très prisées

Les éventails en plumes d’autruche sont attestés depuis le XVIe siècle. Mais ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que la mode s’empare de l’éventail brisé à plumes d’autruche et qu’il prend son aspect moderne. Cet accessoire nécessite la domestication des autruches ainsi que la mise à profit du phénomène de la mue pour récolte des plumes. Celles-ci sont vendues à Londres et proviennent principalement d’Afrique du Sud. Les plumes blanches, les plus prisées, sont celles des autruches mâles. Elles sont les plus rares et garnissent le bout des ailes et la queue.

Un éventail royal

L’éventail que nous possédons a été acquis récemment par le Département du Pas-de-Calais auprès d’un propriétaire privé qui le conservait depuis 1949.

Sur le premier brin, que l’on nomme le panache, le chiffre royal « A » est surmonté d’une couronne, le tout en motif de pierres précieuses. Cela nous éclaire sur la propriétaire de cet éventail : la reine Alexandra (1844-1925), fille du roi du Danemark Christian IX. En 1863, elle épouse le prince de Galles, Albert-Edouard, fils aîné de la reine Victoria, qui règne à partir de 1901 sous le nom d’Edouard VII.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le symbole des rapprochements franco-britanniques

Au début du mois de mai 1903, Edouard VII fait une visite à Paris. A l’époque, le transport se fait par bateau, qui accoste à Boulogne-sur-Mer, puis en train jusque Paris. La visite du souverain britannique est un succès, malgré les réticences initiales. C’est très certainement lors de ce séjour que la reine Alexandra offre son éventail à la femme du maire de Boulogne-sur-Mer, Charles Péron.

A noter que ces rapprochements diplomatiques aboutissent le 8 avril 1904 à la signature d’un traité franco-britannique, l’Entente cordiale.

L’éventail du couronnement

On sait que la reine Alexandra avait une passion pour les éventails. Elle en possédait environ 300, dont un de la reine Marie-Antoinette.

L’éventail conservé au château d’Hardelot date d’avant 1903 et ressemble fortement à l’éventail du couronnement de la reine Alexandra, conservé dans la Royal Collection. En effet, les deux éventails sont en plumes d’autruche frisées et le panache est serti de diamants formant le chiffre royal A sous une couronne.

En 1901 Edouard VII devient roi à la mort de sa mère, la reine Victoria. Mais ce n’est qu’un an plus tard, le 9 août 1902, qu’il est couronné, ainsi que sa femme. Pour cet événement, la reine se fait fabriquer un éventail. Il est ensuite transmis à la reine Mary, puis à la petite-fille de celle-ci, l’actuelle reine Elizabeth II, la veille du couronnement de son père, Georges VI, en 1937.

Programmation en lien: 

- le 15 février à 15 heures / atelier enfants (6-9 ans) / 5 euros / Éventailliste en herbe: Et si l'éventail revenait à la mode ? 

- le 19 février à 15 heures / conférence / gratuit / Histoire et technique de l'éventail par Anne Hoguet, directrice du musée de l'éventail et maître d'art

Objet en lien :

-          Eventail, Vers 1901, Plumes d’autruche frisées et écaille de tortue, décor du panache avec de l’argent serti de diamants, 24 cm, réalisé pour la reine Alexandra, Royal Collection

Bibliographie

https://www.royalcollection.org.uk/egallery/object.asp?feature=true&object=25279&row=78 [consulté le 12 décembre 2016]

http://46.236.36.161/eGallery/object.asp?exhibition=FANS&object=25279&row=59 [consulté le 12 décembre 2016]

 

Pauline Fleury, château d'Hardelot-centre culturel de l'Entente cordiale

copyright 2010 Pas-de-Calais le Département - Mentions légales - Crédits