Château d'Hardelot - Pas-de-Calais le Département - Le
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

LE PRINTEMPS MÉDIÉVAL

Publié le 19 décembre 2019

DU VENDREDI 10 AU MERCREDI 22 AVRIL

PRINTEMPS MÉDIÉVAL

En avril, le château dévoile ses racines médiévales. Des créatures étranges, tout droit issues de légendes venues du fond des âges, investissent le château... Mentionnés dans les premiers écrits médiévaux ; Beowulf, La Voluspa ou encore le Cycle arthurien, ces êtres fascinants sont devenus des éléments incontournables de la littérature médiévale. Il en résulte aussi la naissance de la fantasy littéraire, initiée malgré lui par J.R.R. Tolkien. Les portes du château mènent vers un monde fantastique. Elfes, fées, trolls, animaux dotés de parole, vous donnent rendez-vous du 10 au 22 avril.

Crédit : Amanda Brandao

VENDREDI 10 AVRIL À 20H

EXILS, CELLES QUI RESTENT ET CELLES QUI PARTENT... 

Trobar’s project

 

EXILS - Celles qui restent et Celles qui partent... De tous temps, de toute époque, l'exil s'est déposé dans le paysage des hommes... et dans le chant des femmes. Celles des premiers récits bibliques, Saintes du Scandale selon les mots d'Erri De Luca, qui se sont mises en exil volontaire ; exil géographique loin de leur terre ou exil « en dehors » de leur propre corps, se prostituant ou se donnant à des vieillards pour assurer la descendance de leur peuple. Celles des 12e et 13e siècles, femmes poètes trouvères et trobairitz, qui au contraire ont dû rester « au pays » à attendre, inquiètes, l'homme aimé parti en croisade. Et puis toutes les autres... jusqu'à nous : Séfarades, Albanaises exilées en Italie, Syriennes, etc. Trobar Project vient donner une voix à ces femmes, embrassant les croisements d'époque, de lieu, de langages et d'histoires ; toutes ont en commun ce rapport organique à la terre, celle que l'on quitte, celle que l'on convoite ou celle qui nous retient...Psalmodies mystiques, chants traditionnels, chants de trouvères (les premiers poèmes dans notre langue vernaculaire), chants séfarades, textes poétiques glanés sur les chemins, tous chantent ces exils.

Il y sera question d'hommes aussi : ceux aimés, mais également ceux, amis complices, qui ont su judicieusement offrir leurs mots pour exprimer au plus juste la souffrance des femmes. Hommage leur est également rendu. Une composition de Thierry De Mey, commandée conjointement par le Festival de Chaillol, Les Détours de Babel et le Printemps Médiéval d'Hardelot, donnera à ce programme un très bel ancrage dans notre temps contemporain, la question de l'exil se faisant plus cuisante que jamais. Le Trobar Project explore ce vaste kaléidoscope émotionnel et sentimental à travers la voix d'Eugénie De Mey accompagnée de Julien Lahaye aux percussions, Pierre Hamon aux flûtes et Jean-Christophe Brizard, basse profonde et récitant, quatuor complice et soudé dans un même désir de varier les timbres, les palettes vocales et instrumentales, afin de se mettre au service d'un chant le plus sensible possible...

Tout public 

Durée :1h20 

Tarifs : 5 / 3 € 

Théâtre élisabéthain

Crédit : Cécile Corbel

SAMEDI 11 AVRIL À 20H

CÉCILE CORBEL

 

Elle court après les mythes, les légendes et les fables, cherche l’inspiration, la grâce des petits matins d’automne, le chant des landes frémissant sous le vent et celui des grands oiseaux marins qui lui dictent les premières notes d’une mélodie.

Nomade et troubadour, Cécile Corbel est avant tout une dompteuse de cordes, celles de la harpe

celtique qu’elle a découverte à l’âge de quinze ans.

Tout public

Durée : 1h 

Tarifs : 5 / 3 € 

Théâtre élisabéthain

Crédit : Thierry Thorel photographies

DIMANCHE 12 AVRIL

CHASSE AUX ŒUFS À 10H À 12H

Cie L’éléphant dans le boa

La légende raconte… que les dragons avaient choisi, il y a bien longtemps de cela, les terres du château d’Hardelot pour y pondre des œufs assurant ainsi leur descendance.

Le temps a passé, les dragons ont disparu… Mais certains racontent que les cœurs suffisamment vaillants pourront voir le dernier œuf encore existant. Pour cela, il faut le mériter…

LE BAL DES PETITS PIEDS À 16H

Ensemble Tormis

Partez en voyage à travers l’Histoire. Le maître à danser, accompagné par des musiciens aguerris, vous fera découvrir les secrets des danses et des musiques anciennes. Ici, petits et grands dansent ensemble pour partager un moment inoubliable. Chaque danse est expliquée de façon simple et ludique à la manière d’un bal folk. Ici, c’est le plaisir et la convivialité qui sont mis en avant autour d’un répertoire rythmé et de danses collectives en cercle, en chaîne ouverte ou à deux.

Public familial

Chasse aux œufs : roulement toutes les 30 min, gratuit, pas de réservations

Bal : 1h30, gratuit dans la limite des places disponibles, réservation conseillée

Jardins

Crédit : JY Vincent & P. Saunier

JEUDI 16 ET VENDREDI 17 AVRIL DE 14H À 17H, ateliers

CONTES DES SAGES DU MOYEN ÂGE

Jean-Yves Vincent et Patrick Saunier

C’était le temps des chimères et des dragons, des chevaliers preux ou lâches, de l’amour courtois ou sauvage, des loups-garous...  Troubadours et trouvères parcouraient alors le pays pour psalmodier, chanter, raconter… Pourquoi pas vous ? Journaliste dans une vie antérieure Jean-Yves Vincent a cédé le pas au collecteur de mémoire et surtout au conteur. Il écrit, adapte, raconte les contes du répertoire mais aussi des récits de vie et des créations. Patrick Saulnier est né d’une mère Lilloise et d’un père Nantais. Son enfance passée dans la petite épicerie des grands-parents fut bercée au son des Soeurs Goadec et du carnaval dunkerquois, au son de Tri Martelod et de l’hymne à Jean Bart, au son de Mon P’tit Quinquin et de la Blanche Hermine ! Venez vous initier à l'écriture de contes auprès de deux experts aguerris. L'atelier se déroule sur une demi-journée.

Tout public dès 9 ans 

Atelier : 3h

Tarifs : 5 / 3 €

Cave

Crédit : Capercaillie

VENDREDI 17 AVRIL À 20H 

CAPERCAILLIE

Créé en 1984, le groupe Capercaillie, coq de bruyère en écossais, est depuis plus de 30 ans un des groupes phares de la scène celtique mondiale. Le groupe a su fusionner ses racines gaëliques aux influences contemporaines, mélangeant instruments modernes et anciens (clavier, basse, percussions, guitare, flûtes, fiddle, accordéon, uilleann-pipes…), alternant compositions et morceaux traditionnels, chantant à la fois en anglais et en gaëlique. Capercaillie s’appuie sur une équipe de musiciens d’exception : Donald Shaw (claviers, accordéon), co-fondateur du groupe, le génial Michael McGoldrick (flûtes, uillean pipes), Ewen Vernal (basse), Charlie McKerron (fiddle), Manus Lunny (bouzouki, guitare), David Robertson (percussions, bodhran) et Che Beresford (percussions). Mais le groupe est surtout porté par la voix exceptionnelle de Karen Matheson, dont Sean Connery a dit qu’elle était « bénie des dieux ». Ils ont enregistré près de 20 albums vendus à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde. ils ont rencontré un gros succès international en signant en 1995 la bande originale du film Rob Roy. Leur dernier album At the heart of it all est sorti en août 2013 à l’occasion du début d’une grande tournée internationale à l’occasion des 30 ans d’existence du groupe.

Tout public

Tarifs : 12 / 10 / 5 / 3 €

Théâtre élisabéthain

SAMEDI 18 ET DIMANCHE 19 AVRIL À 15H ET 17H, contes

LA GÉANTE HISTOIRE DE LYDÉRIC LE MÉROVINGIEN ET AUTRES CONTES

Jean-Yves Vincent et Patrick Saunier

Au temps du roi Dagobert, le seigneur Phynaert le loup fait régner la terreur en pays des Flandres. Dans la forêt grandit Lydéric, le prince orphelin dont le père a été assassiné par le Loup ! Lydéric apprend le métier des armes et devient le héros du petit peuple. Il sera, après moult aventures et un combat à mort avec Phynaert, nommé par le roi, Grand forestier des Flandres.

Tout public dès 7 ans 

Contes : 40 min

Tarifs : 5 / 3 €

Tour de guet

Crédit : Cie Polisson

MERCREDI 22 AVRIL À 15H ET 17H

LE JUGEMENT DERNIER DU COCHON

Cie du Polisson

La Cie du Polisson crée et présente ses spectacles de grandes marionnettes en bois. Son répertoire est l’être humain, ses sujets de prédilections sont les vertus humaines et leurs contradictions. Tous les spectacles ont pour trame l’humour décalé, le public devient témoin d’histoires rocambolesques… Un cochon est jugé pour s’être « goinfré un vendredi », jour de jeûne. C’est la déconcertante histoire que racontent un marionnettiste et ses multiples acteurs de bois, dans une farce drolatique tirée d’un procès historique. Un spectacle de marionnettes pour petits et grands, interactif, hilarant et décalé, pourtant inspiré de faits réels avec des personnages aussi troublants qu’attachants. Un voyage en absurdie, d’une époque qui n’est pas sans rappeler la nôtre…

Tout public dès 7 ans

Durée : 45 min 

Tarifs : 5 / 3 € 

Théâtre élisabéthain